couverture_creach_1e

L’imparfait de l’art

La peinture ancienne dans la poésie du XXe siècle
Auteur(s):
Collection:
ISBN: 978-2-94-0563-31-9
Date de publication: 15.06.2018
Nombre de pages: 256

24 CHF

Description du produit

L’écrit littéraire sur la peinture du passé fut doublement disqualifié par la théorie moderniste: au nom d’un modèle temporel de progrès d’abord, mais aussi au nom d’une autonomie de l’art qui écarte tout commentaire discursif sur l’expérience artistique considérée comme une pure expérience visuelle.
Cet essai fait au contraire l’hypothèse que les textes littéraires sur la peinture du passé, ceux des poètes du XXe siècle notamment, ne témoignent pas d’une réaction nostalgique. Ils déplacent les classifications arrêtées par l’histoire de l’art et introduisent une relation instable et vivante aux œuvres. En accordant une large place à des manuscrits encore inédits, L’imparfait de l’art plaide pour une approche littéraire de la peinture du passé qui appartiendrait de plein droit au contemporain, à condition de ne pas comprendre celui-ci comme une simple époque historique.
Le titre rappelle «l’exil dans l’imparfait» de Baudelaire mais l’oriente vers une autre approche de la relation au passé: «l’imparfait» de l’œuvre peinte est aussi un inachèvement, une invitation pour les poètes à poursuivre le geste des maîtres du passé par leur propre création.

Information complémentaire

Poids 320 g
Dimensions 130 x 210 x 18 mm

Table des matières

Table des matières

INTRODUCTION
Peinture ancienne et poésie du XXe siècle: Une relation problématique | 7

USAGES DE LA TRADITION
Fin de la délectation. Ponge, Esteban, Char | 21

Allégorie intellectuelle ou plaisir sensible | 22

Politiques de la délectation. Francis Ponge | 26

La délectation, une restauration (Claude Esteban) | 31

René Char: contre la délectation, l’évasion | 33

Mettre en danger l’Héritage. Char et le passé de la peinture | 45
Faire remonter la matière | 47

Le testament et le trésor | 53

Racines ouvertes | 54

Le vivace (Esteban) | 63
La mémoire du présent: Baudelaire et Nietzsche | 64

Une anthropologie des images | 67

La traduction comme modèle ? | 73

Actuel car inactuel. Le Chardin de Ponge | 79
Un maître ancien dans le monde de l’art du XXe siècle | 80

Appropriation et actualisation | 87

Le texte dans l’image | 92

L’art et la vie | 94

Un peintre d’Ancien Régime en régime démocratique | 96

PASSÉS COMPOSÉS
Mélanges. Une poignée de terre romaine | 107

Matériau. Dans l’atelier de Ponge | 119

Présents de la préhistoire | 131
Char du côté de Bataille. Une lecture nietzschéenne des figures de Lascaux | 134

Pouvoirs du support: la paroi et la grotte
(du Bouchet, Rouan, Gaspar) | 144

Sortir de l’H/histoire: Simon, Chevillard | 150

OUVRIR L’ART DES MAÎTRES ANCIENS
Tisser le passé et le présent. La fleur de barbe (Dubuffet) | 171

Le jeu avec la tradition | 172

La célébration de la matière | 173

Textures | 175

Renoncer à déchiffrer. Genet devant Rembrandt | 179
Le secret du peintre | 180

Secrets détournés | 183

Une approche phénoménologique? | 186

Penser par le poème (Yves Bonnefoy) | 197
Le jeu des interprétations | 197

Poèmes de pensées | 205

Accepter les détours (André du Bouchet) | 219
Éloigner | 220

Rapproche | 226

CONCLUSION
Pratiques anciennes et gestes contemporains | 239

Index | 247