Les mots du génocide

Les mots du génocide

Éditeur(s) scientifique(s): ,
Collection:
ISBN: 978-2-940406-24-1
Date de publication: 06.10.2011
Nombre de pages: 212

30 CHF

Description du produit

Le langage est une arme de destruction massive. Utilisés, tronqués, et réinventés par les bourreaux, les mots stigmatisent les individus, les réduisent au rang d’animaux nuisibles, insinuent leur disparition, mettent en œuvre un processus d’élimination, et réfutent l’existence du génocide au moment où il est en train de s’accomplir. Pur négationnisme.

L’un des premiers à mettre en évidence cette utilisation du langage fut le philologue Victor Klemperer, entre 1933 à 1945, lui, juif allemand constamment menacé d’être déporté par les nazis. À l’écoute de la radio, lisant les journaux et livres qui véhiculaient l’idéologie nazie, Klemperer analyse la perversion d’un langage utilisé à des fins criminelles, et comprend ce qui se joue au sein du langage : la préparation des esprits à la destruction des juifs, et la mise en œuvre du génocide. Les mots tuent. Ils conduisent aux chambres à gaz et aux fosses d’Ukraine. Klemperer comprend que le processus de « purification » entrepris par les nazis, commence par une une distorsion du langage.

L’étude de Klemperer est le point de départ d’une réflexion plus large sur le rôle du langage avant, pendant et après les génocides du xxe siècles. Comparaisons et réflexions amorcées lors de plusieurs rencontres interdisciplinaires entre 2008 et 2009. Si les savoirs ont été convoqués, la parole essentielle des survivants était au centre des débats. Avec cette interrogation constante sur les mots «génocide», «guerre» et «témoins», et la volonté de retourner contre eux le langage pervers des bourreaux et des négationnistes, d’en expliciter les mécanismes.

Les auteurs réunis dans cet ensemble d’études et de témoignages apportent tous de nouveaux éléments de réflexion au débat commun, mais aussi dans certains cas, pour leur relation directe avec les événements dramatiques que nous étudions, puisque certains d’entre eux sont des rescapés ou des proches de rescapés du génocide, et portent une parole qui nous relie toujours au réel, aussi inimaginable soit-il: «oui, c’est bien arrivé, et cela pourrait recommencer demain.»

Écrivain, essayiste et journaliste, depuis 2009 David Collin co-dirige Babylone, émission quotidienne des savoirs de. Il dirige la collection IMPRESCRIPTIBLE. Régine Waintrater, psychanalyste et maître de conférences à l’Université Paris Diderot, est spécialiste des traumatismes extrêmes et de leur transmission. Elle a participé aux deux grands projets européens de collecte de témoignages vidéo des survivants de la Shoah conduits par l’équipe Spielberg et l’Université de Yale.

 

Information complémentaire

Poids 315 g
Dimensions 198 x 140 x 18 mm
Façonnage

livre broché, cousu, couverture souple, dos carré collé